Horatius Cocles

Héros de la République Romaine :

Lucrèce,

Horatius Coclès,

Mucius Scaevola,

Clélie

 

Ce héros des premiers temps de la République porte un patronyme célèbre : il signifie qu'il est de la gens Horatia, donc un descendant des frères Horace qui défendirent l'honneur de Rome contre les Curiaces lors d'un autre épisode célèbre.

Son surnom "Coclès" laisse la porte ouverte à plusieurs interprétations : c'est la transcription latine du grec kuklops, d'où la traduction française "Le Borgne". Plusieurs hypothèses : il a perdu un oeil au combat ; ou bien ses épais sourcils semblent ne faire qu'un seul oeil, et rappellent Polyphème dans l'Odyssée ; ou encore sa statue érigée au forum a remplacé une vieille statue de Vulcain, père des cyclopes, et probablement représenté ainsi lui-même.

Quoi qu'il en soit, sa bravoure traversa les siècles : lorsque le roi étrusque Porsenna assiégea Rome par la rive droite du Tibre en 508avJC, pour rétablir son neveu Tarquin sur le trône, ses troupes largement supérieures en nombre forcèrent dans un premier temps les Romains, commandés par les deux futurs premiers Consuls à faire retraite dans les murs de la Ville. Seul le Pont Sublicius permettait cette retraite, et bien entendu, les Romains furent acculés et risquaient d'être massacrés avant d'avoir pu tous franchir le pont, en bois à l'époque.

(source : Wikipédia. Cliquer pour agrandir)

Horatius Colcès protégea les arrières des troupes, puis des deux autres généraux, le temps qu'ils franchissent le pont, et le détruisent à coups de hache. Alors, en armes, après s'être recommandé au dieu Tibre, il se jeta à l'eau et traversa à la nage malgré le poids de son armure sous les traits des archers ennemis. Il arriva sauf sur l'autre rive et obtient une récompense inégalée : un arpent de terre fertile, de la taille qu'une charrue pourra en tracer le périmètre en un jour (en référence bien entendu à la Fondation de Rome), et sa statue au Comitium (sur le Forum), ce qu'aucun homme vivant n'avait eu auparavant.

Cette récompense disproportionnée semble légendaire : elle explique peut-être un culte rendu à une très vieille statue, dont les Romains auraient perdu la signification.

Horatius Coclès n'aura aucun rôle politique par la suite. On le retrouve dans les récits ultérieurs conversant avec d'autres personnages célèbres.

 

 

 

cliquer sur les tableaux pour les voir dans leur format maximal : le peintre et la date apparaîtront dans l'adresse url.