Clélie

Héros de la République Romaine :

Lucrèce,

Horatius Coclès,

Mucius Scaevola,

Clélie

 

Le roi étrusque Porsena, après des années de siège, décide de négocier la paix, lassé par l'acharnement des Romains à ne pas se rendre, comme l'avait prouvé le sacrifice de Micius Scaevola.

Il n'exige, pour quitter la plaine au pied du Mont Janicule, que de récupérer la cité de Veies, prise par les Romains, et des otages comme garantie : des jeunes filles nobles romaines, que les Romains sont contraints de lui livrer.

Parmi elles, Clélie, jeune patricienne rusée, saura défier les sentinelles étrusques et exhorter ses compagnes à fausser compagnie aux ennemis. Elles rejoindront la Ville à cheval en traversant le Tibre à la nage.

Porsenna, très impressionné par cet exploit digne d'un guerrier, révisa ses exigences, et ne réclama en retour que Clélie seule. Les Romains, tenus par l'honneur, durent lui livrer à nouveau, mais il la traita avec les plus grands égards et la rendit, officiellement cette fois, à ses compatriotes, puis il quitta la pleine Romaine pour rentrer chez lui avec son armée.

L'Histoire paraît moins formidable que la légende, et il semble que l'influence étrusque se ressente à Rome jusqu'au milieu du Vème siècle av.JC, ce qui marquerait une domination plus longue que ne l'ont prétendu les historiens romains. Rien n'atteste en outre de liens réels entre Porsenna et Tarquin, le premier aurait peut-être même chassé le second du trône de Rome.

En 1656, la célèbre Précieuse Melle de Scudéry publia un roman intitulée Clélie, qui met en scene l'héroïne et retrace son histoire de manière très romanesque ; c'est d'ailleurs dans cet ouvrage qu'apparaît la célèbre Carte du Tendre, métaphore de l'amour. Cet ouvrage est une référence du courant littéraire de la Préciosité dont se moquera Molière dans la pièce Les Précieuses Ridicules.

Vous trouverez un très beau quizz pour réviser vos connaissances sur les héros de la République romaine sur la page latin du site du collège Vinci à Carvin (questionnaire créé par Mme Lévèque, que je remercie pour ses très belles pages, à visiter absolument).